Jean-Baptiste Noé

Le site web d’un historien

jean Baptiste Noé sur Facebook Jean Baptiste Noé sur Twitter Jean Baptiste Noé sur Google+ Chaine Youtube de Jean-Baptiste Noe

Un nouvel empire mongol ?

Accueil > Articles > Un nouvel empire mongol ?

Chine, Iran, Russie : un nouvel empire mongol ?
Thomas Flichy (dir.)
Lavauzelle, 2013

Les éditions Lavauzelle publient un nouvel ouvrage consacré à l’étude géopolitique d’une zone majeure de notre monde. Sous la direction de Thomas Flichy, qui dirige le Centre de Recherche des Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan, cet essai propose les contributions de quatre auteurs qui analysent chacun un des aspects de ce nouvel empire mongol en construction.

Dressant de façon synthétique l’histoire de chaque pays, le lecteur y découvrira un abrégé de ces trois pôles majeurs de l’Eurasie, que sont la Russie, la Chine et l’Iran, dont on parle régulièrement dans la presse, mais dont on connait assez mal l’histoire et la culture. Ce bref essai permet donc une initiation à la connaissance de ces acteurs importants de notre monde.

Le nœud de l’alliance est tissé autour d’une volonté commune d’étouffer la puissance turque, dont les peuples turcophones qui peuplent la zone sont des menaces séparatistes perpétuelles. C’est, en quelque sorte, l’alliance des périphéries contre le centre. L’autre élément de cette alliance réside dans le pragmatisme qui sous-tend les rêves d’empire, conjugué à une diplomatie plastique qui ne se perd pas dans les sables de l’idéologie.

Cherchant à montrer les permanences géopolitiques de l’ancien empire mongol, cet essai s’attache à étudier les relations entre la Russie, la Chine et l’Iran. Ces trois empires aux cultures divergentes veulent contrôler l’Eurasie et faire contrepoids à la puissance américaine. Que ce soit dans le domaine militaire, énergétique et la communication, ces trois puissances ont renforcé leur coopération, comprenant qu’elles ont une part de destin commun.

Mais ce nouvel empire mongol, s’il devait s’édifier, se bâtit surtout contre la puissance turque, avec la volonté d’empêcher les séparatismes des peuples turcophones qui menacent chacune des trois puissances. Étrangers à la chimère du dépassement des cultures par l’abolition des frontières, comme le prône une certaine mondialisation qui se veut dissolvante des identités, cette triade affirme sa puissance par la revendication de son identité. Toutefois, le manque d’hommes et la faiblesse navale demeurent ses deux points faibles. Les auteurs dressent un tableau synthétique de cette zone complexe. L’ouvrage a le mérite d’en donner un point de vue unitaire, quand les informations qui nous parviennent ont souvent tendance à la fragmenter.