Jean-Baptiste Noé

Le site web d’un historien

jean Baptiste Noé sur Facebook Jean Baptiste Noé sur Twitter Jean Baptiste Noé sur Google+ Chaine Youtube de Jean-Baptiste Noe

Pétain en vérité

Accueil > Articles > Pétain en vérité

Auteur d’une biographie remarquée sur le Maréchal Pétain en 1987, Marc Ferro revient sur son sujet en tenant compte des recherches historiques des 25 dernières années. Philippe Pétain est probablement l’homme politique qui a le plus marqué les cinquante dernières années en France. Son nom sert de repoussoir, son régime d’éteignoir à toute contestation. Pétainiste et vichyste sont les deux insultes que l’on envoie au visage quand on veut clore un débat. Parler de Pétain n’est donc pas chose facile : il faut éviter les raccourcis simplistes, qu’ils soient dénigreurs ou hagiographiques.

Sur ces deux points, l’ouvrage de Marc Ferro est une réussite. Concernant l’action de Pétain durant la Deuxième Guerre mondiale, il décrit bien ses évolutions tout au long du conflit. Dans sa pensée, son action et ses attitudes, l’homme de 1945 n’est pas celui de Montoire. Il a appris à affronter les Allemands, à ruser avec les Américains. La réussite de Marc Ferro est notamment de ne pas faire d’histoire à rebours, et d’analyser les manières de penser des Français au moment où les événements ont été vécus, et non pas avec la reconstruction des années d’après-guerre. C’est ainsi que se comprend véritablement l’époque, et l’action du Maréchal Pétain. Aucun jugement négatif n’émane des pages, aucun raccourci houleux ou qualificatif honteux, mais une analyse minutieuse de l’action du Maréchal Pétain.

Le dernier chapitre est consacré au pétainisme, avec ces deux questions posées : y a-t-il eu un pétainisme, et ce gouvernement fut-il fasciste. A chaque fois, Marc Ferro répond par la négative. Pétain n’est pas un doctrinaire ou un penseur, c’est un homme d’action, et il n’a jamais cherché à théoriser son mouvement. De même, son style de gouvernement n’a rien à voir avec le fascisme, et nous ne sommes pas non plus dans un régime totalitaire. A cet égard, l’analyse de Marc Ferro semble tout à fait pertinente.

L’ouvrage n’est pas consacré uniquement à la guerre, mais aussi, bien sûr, à l’homme de Verdun. Marc Ferro décrit l’action jouée par Pétain durant ce premier conflit mondial, ses controverses avec Foch, qu’il n’aimait pas, son amertume de ne pas être reconnu comme le vainqueur de la guerre. Pour Marc Ferro, si son action à Verdun n’a pas été déterminante, il a tout de même permis de redonner le moral aux troupes, et il les a traité avec humanité et compréhension.

La biographie de 1987 avait marqué les esprits. Marc Ferro, ancien résistant, plutôt proche du parti communiste, disciple de Lucien Febvre, c’est-à-dire de l’école des Annales, traitait d’un homme honni, qui plus est avec une biographie, genre honni par les Annales. Mais son premier Pétain avait positivement marqué les esprits. Son deuxième ouvrage sur le Maréchal trouble est tout aussi juste. Au-delà du sujet, du style clair et sobre, qui permet de remettre l’histoire à l’endroit, c’est une méthode pour tous les historiens. Il sait analyser une époque avec l’œil de la raison, et il arrive à se placer toujours dans le contexte et dans le sujet, sans se laisser corrompre par les schémas malheureux sur la période. Ce Pétain en vérité est, en vérité, une belle leçon d’histoire.