Jean-Baptiste Noé

Le site web d’un historien

jean Baptiste Noé sur Facebook Jean Baptiste Noé sur Twitter Jean Baptiste Noé sur Google+ Chaine Youtube de Jean-Baptiste Noe

Le Pape à Lesbos : un geste oecuménique et géopolitique

Accueil > Articles > Le Pape à Lesbos : un geste oecuménique et géopolitique

Analyse du voyage du Pape à Lesbos publiée sur Aleteia.

Le Bureau de presse du Saint-Siège avait prévenu avant le départ du Pape que ce voyage était œcuménique et humanitaire. L’œcuménisme est le fil rouge de la diplomatie de François, lui qui aime à rappeler ce tragique « œcuménisme du sang » que vivent les chrétiens d’Orient. Il y a eu la rencontre fondamentale à Cuba avec le patriarche de Moscou, il y aura, au mois de juin, la rencontre de Crète entre toutes les Églises orthodoxes, et il y a eu cette rencontre de Lesbos. C’est la deuxième fois qu’un Pape se rendait en Grèce, la première étant Jean Paul II à Athènes, en 2001. Quand on connaît la prévention et l’inimitié que les orthodoxes grecs ont pour les catholiques, cette rencontre n’est nullement anodine.

N’est pas anodin non plus le fait d’avoir fait se rencontrer le patriarche de Constantinople et celui d’Athènes alors que, là aussi, les antipathies ont pu être très fortes dans le passé. Cette rencontre cimente l’œcuménisme au sens propre, c’est-à-dire la réunification de l’oekoumène, l’unité de tous les chrétiens. C’est là un geste religieux et également politique. Il s’agit de dire que seule l’unité des chrétiens permettra de résoudre les défis posés par le monde multipolaire qui est le nôtre.

L’accueil des douze migrants fut un autre geste politique de grande ampleur. Si l’irénisme est parfois de mise dans les communautés ecclésiales, voire un aveuglement volontaire face aux réalités de la crise migratoire, cela ne semble pas être le cas du Pape qui a abordé les vraies raisons de cette crise.

Lire la suite.