Jean-Baptiste Noé

Le site web d’un historien

jean Baptiste Noé sur Facebook Jean Baptiste Noé sur Twitter Jean Baptiste Noé sur Google+ Chaine Youtube de Jean-Baptiste Noe

Jacques de Liniers

Accueil > Articles > Jacques de Liniers

Un héros français en Amérique

Jacques de Liniers fait partie de ces hommes oubliés en France, mais dont la vie et la carrière sont époustouflantes. Né en 1753 et mort en 1810, il s’engage très jeune dans l’armée royale. Mais suite à la politique de pacification de Louis XVI, il comprend qu’il n’aura pas beaucoup l’occasion de combattre dans les armées françaises et s’engage alors dans l’armée espagnole. Il est recruté dans la marine espagnole où il entre par la petite porte, avant que ses actes de bravoure et sa solidité militaire ne lui fassent gravir de nombreux échelons.

C’est ainsi qu’il combat les Anglais à Gibraltar et les Barbaresques à Alger. Puis il est envoyé en Amérique latine et notamment à Buenos Aires et dans le Rio de la Plata pour protéger les possessions espagnoles. En 1788, il est nommé commandant du Rio de la Plata, preuve de sa fidélité aux Bourbons de Madrid. Durant la période révolutionnaire, l’Espagne est occupée par Napoléon, mais Jacques de Liniers refuse de servir la cause de l’Empereur et il reste fidèle aux Bourbons d’Espagne. C’est ainsi qu’il protège, en 1806, Buenos Aires et Montevideo des nombreuses incursions anglaises, Londres essayant de profiter de l’occupation de l’Espagne pour récupérer ces territoires. Alors que le vice-roi a fui la ville, Liniers reste seul et organise la résistance de la cité, empêchant à plusieurs reprises que les Anglais ne s’en emparent. Par reconnaissance, le roi d’Espagne le nomme vice-roi du Rio de la Plata en 1807.
Sa fin est néanmoins tragique. La région connaît les soubresauts de l’indépendance au cours des années 1809-1810. On lui propose à plusieurs reprises de prendre la tête du mouvement indépendantiste et de devenir le Libérateur de la Plata. Refusant d’être le Bolivar du sud, il reste fidèle aux Bourbons et à Madrid. Arrêté, il est jugé et fusillé le 26 août 1810. Ses restes sont ramenés en Espagne en 1861, pour être enterrés à Cadix. Un quartier de Buenos Aires porte désormais son nom.

Vie et parcours tumultueux donc, que ce français héros de la Plata et de l’Espagne.

Pour en savoir plus : je lui ai consacré récemment une émission de l’Arche de l’Histoire, à écouter ici.