Jean-Baptiste Noé

Le site web d’un historien

jean Baptiste Noé sur Facebook Jean Baptiste Noé sur Twitter Jean Baptiste Noé sur Google+ Chaine Youtube de Jean-Baptiste Noe

Antoine Blondin, la légende du Tour

Accueil > Articles > Antoine Blondin, la légende du Tour

Le Tour selon Antoine Blondin

Pour faire un bon Tour de France, il faut un parcours bucolique et éreintant : de beaux paysages, comme un contre-la-montre sur le pont de Saint-Nazaire, des campagnes fleuries, des villes vues du ciel, et des cols raides, des faux plats, de terribles descentes, pour creuser les écarts et éliminer les imprudents.
Pour faire un bon Tour de France, il faut des coureurs de talents et de cœur. Ceux de ma génération : Jalabert conquérant le maillot à pois, Virenque au sommet du Ventoux, Jan Ulrich luttant pour ne pas être deuxième.
Pour faire un bon Tour de France, il faut une grande caravane. Les saucissons Cochonou, les mains vertes PMU, les stylos et les fanions jetés à la volée.
Et pour faire un bon Tour de France, il faut de grands journalistes. Jean-Paul Ollivier, qui a commenté le Tour sur France 2 jusqu’en 2014. Il restera le maître de la télévision. Pour la presse, il y a Antoine Blondin. 27 Tour à son actif, et des chroniques pour L’Équipe qui ont forgé la légende du Tour. Blondin, l’autre hussard, avec Roger Nimier, Jacques Laurent et Michel Déon. Toute une génération littéraire, talentueuse, quoiqu’un peu trop portée vers les excès.

Il a fallu trois maîtres d’œuvre pour écrire cette biographie cycliste d’Antoine Blondin. Symbad de Lassus, son petit-fils, Jean Cormier et Jacques Augendre, ses amis, retracent plusieurs facettes cyclistes de l’auteur d’Un singe en hiver. Jean-Paul Ollivier est également de la partie, ainsi que Christian Prudhomme, l’actuel patron du Tour, et Jean-Marie Leblanc, qui l’a longtemps organisé.

Ces 27 Tours, c’est aussi une génération d’histoire de France. Les héros étaient Eddy Merckx et Raymond Poulidor, Jacques Anquetil, Géminiani et Bahamontès. C’est la France des Pieds-Nickelés et du passage de la ruralité à l’urbanité. La nostalgie est forcément présente, comme cet Anquetil en maillot jaune sur la couverture. Mais c’est aussi rappeler que le Tour de France est une des épreuves sportives les plus suivies au monde et que des millions de téléspectateurs la regardent, voyant à travers elle nos paysages, nos villes, notre culture. Quel merveilleux instrument de puissance culturelle !

Ce livre de témoignage trace une biographie originale d’Antoine Blondin, à travers sa passion du Tour. Le livre est agrémenté de nombreuses photographies, d’extraits de chroniques, ainsi que de deux fac-similés qui permettent de découvrir l’écriture presqu’enfantine de Blondin. Ce Tour buissonnier nous dévoile un écrivain à l’humeur vagabonde.