Jean-Baptiste Noé

Le site web d’un historien

jean Baptiste Noé sur Facebook Jean Baptiste Noé sur Twitter Jean Baptiste Noé sur Google+ Chaine Youtube de Jean-Baptiste Noe

A Cuba, le mur de Dioclétien va tomber

Accueil > Articles > A Cuba, le mur de Dioclétien va tomber

Pour Le Figaro Vox, j’analyse la rencontre historique entre le Pape François et le patriarche Cyrille prévue le 12 février prochain à La Havane.

Les rues de Rome étaient parcourues par la rumeur depuis quelques jours : on espérait une rencontre entre François et Kirill lors du voyage du pape au Mexique. Moscou avait démenti, mais personne ne croyait vraiment cette dénégation. Quand la salle de presse du Saint-Siège convoqua pour 12h les journalistes pour communiquer une nouvelle importante, on comprit que Moscou pouvait passer par Rome. La rencontre qui se tiendra le 12 février prochain à La Havane est un entrechoque de l’histoire et de la géopolitique ; un événement historique majeur.

Catholique et orthodoxe : les Latins et les Grecs

La fracture qui sépare les catholiques et les orthodoxes est d’abord culturelle et politique. La foi y a été conviée pour donner une justification théologique qui désormais n’a plus lieu d’être. La question du filioque est réglée, et les fidèles catholiques peuvent communier lors des messes orthodoxes, sous certaines conditions. La rupture entre Rome et Constantinople est d’abord d’ordre géopolitique. C’est la fracture entre la partie grecque et la partie latine du même Empire romain. C’est la fracture entre deux capitales, Rome et Byzance, qui ont lutté pendant des siècles pour affirmer leur primauté. C’est l’empereur Dioclétien qui, en créant la Tétrarchie, a officialisé la rupture politique et administrative de l’Empire entre l’Occident et l’Orient. Quand le christianisme se développe, il hérite d’une situation complexe où les Grecs méprisent les Latins, qui souffrent d’un complexe d’infériorité par rapport à leurs frères aînés dans la culture. Tous les conciles œcuméniques du premier millénaire se tiennent en Orient. La théologie chrétienne s’approfondit à Nicée, Antioche, Alexandrie, Constantinople. Saint Jérôme vient à Jérusalem pour traduire la Bible en latin, et saint Augustin regrette de ne pas parler le grec.
En Occident, l’Empire disparaît et les structures se dissolvent. En Orient, l’Empire romain demeure. L’empereur qui siège à Constantinople est l’héritier des César. Charlemagne et les empereurs allemands jalousent celui qui porte la véritable pourpre.

Suite ici.