Jean-Baptiste Noé

Le site web d’un historien

jean Baptiste Noé sur Facebook Jean Baptiste Noé sur Twitter Jean Baptiste Noé sur Google+ Chaine Youtube de Jean-Baptiste Noe

Une tentative de coup d’Etat

Accueil > Articles > Une tentative de coup d’Etat

Quand la presse tente le coup d’État permanent

Ne soyons pas dupes de cette affaire Penelope Fillon qui ne sort pas par hasard. Qui a fourni les documents de son emploi qui se trouvent à l’Assemblée nationale ? Et pourquoi est-ce uniquement François Fillon qui est visé ? Claude Bartolone embauche sa femme dans son cabinet, ce qui ne lui est pas reproché. Au Front national, la plupart des familiers sont collaborateurs parlementaires des députés européens. Là aussi, rien n’est dit.

Manipulations d’opinion

L’histoire politique française est hélas coutumière d’affaires qui ont été soient créées soit détournées pour manipuler l’opinion : l’affaire Markovic contre Georges Pompidou, la profanation du cimetière juif de Carpentras, attribuée à des membres du FN alors que ce parti n’avait aucun lien avec cela, pour ne citer que les principales. Cela détourne en outre des vrais scandales politiques.

Dans les affaires internationales, le récent traitement du Brexit, de la campagne de Donald Trump ou encore de la guerre en Syrie témoigne du fait que la presse est plus dans la manipulation que l’information. Ce qui est grave quand cela est mené dans le but de manipuler une opinion publique.

Cela forme un nouveau type de coup d’Etat.

Le coup d’Etat permanent ?

Nous assistons en réalité à une tentative de détournement de la démocratie pour créer les conditions d’un coup d’État. Il s’agit de provoquer une émotion populaire si forte, grâce à un gros coup monté par la presse et relayé complaisamment, pour amener les Français à voter pour la personne indiquée. Ce qui est recherché, c’est l’élection d’Emmanuel Macron. Pour cela, il s’agit de le propulser au deuxième tour face à Marine Le Pen, donc d’éliminer François Fillon en le discréditant sur son honneur et sa probité. C’est en tout cas ce que pense le système qui le soutient et ce qu’il tente.

Emmanuel Macron est le candidat marionnette des restes du Parti socialiste, et l’on verra dès lundi bon nombre de ralliements à sa personne. Rien ne nous est dit sur ses réseaux, ses financements et encore moins son programme. Il a surgi de nulle part et on tente de nous l’imposer. De la même façon que les médias ont voulu imposer, lors de la primaire de la droite, un second tour Sarkozy / Juppé pour faire gagner Juppé, ils tentent cette fois d’imposer un duel Macron / Le Pen. Pour ce faire, il faut manipuler l’opinion, lui faire peur, et l’orienter dans le bon sens.

C’est une tentative de coup d’État, où l’émotion prime sur la raison et où le débat politique est confisqué. L’histoire est coutumière de ce genre de chose, où l’émotion populaire a servi de moteur à des mouvements politiques. Aujourd’hui, elle prend une nouvelle tournure. Cette tentative doit être dénoncée pour que les personnes sachent quel genre de manipulation se trame à leur égard et qu’elles puissent voter librement.

PS : la gestion des collaborateurs parlementaires n’étant pas familière à ceux qui ne sont pas dans ce milieu, le député Julien Aubert en fait une présentation succincte sur ce site.

On y apprend notamment que si l’enveloppe budgétaire n’est pas utilisée pour rémunérer un collaborateur, le parlementaire garde pour lui l’argent restant.