Jean-Baptiste Noé

Le site web d’un historien

jean Baptiste Noé sur Facebook Jean Baptiste Noé sur Twitter Jean Baptiste Noé sur Google+ Chaine Youtube de Jean-Baptiste Noe

Une nouvelle norme est née

Accueil > Articles > Une nouvelle norme est née

Bonne nouvelle pour ceux qui désespéraient de la technocratie française : une nouvelle norme est née. Si notre démographie est chancelante, notre production normative se porte bien. Nous avons enfin une petite sœur à rajouter à la fratrie pullulante des normes françaises.
Celle-ci concerne l’aménagement des trottoirs. Désormais, les mairies ont l’obligation, à chaque intervention, d’effectuer des prélèvements des revêtements et des enrobés et de les soumettre à une analyse d’amiante. Qu’il s’agisse de rénover quelques mètres carrés de trottoir, pour mettre un peu d’enrobé dans un trou en formation, ou de refaire toute une rue, le prélèvement et l’analyse sont obligatoires.

Pourquoi ? Parce que le bureau de fabrication des normes vient de découvrir que dans les années 1990 les entreprises qui produisaient les enrobés avaient un produit à base d’amiante. Tous les trottoirs et chaussées n’ont pas été fait avec cet enrobé, mais un certain nombre. Tout un chacun a pu constater que l’on rencontre souvent des personnes qui s’effondrent dans les rues, raides mortes, parce qu’elles ont inhalé des poussières d’amiante se dégageant des trottoirs. Il était donc urgent d’agir et d’imposer cette nouvelle norme. Le coût du prélèvement est estimé à 500€. Imaginez qu’une commune doive réaliser une centaine d’opérations dans l’année, et vous atteindrez un surcoût assez considérable.

Le pire est pour le cas où de l’amiante serait découvert. Il faut alors désamianter, et les riverains verront débarquer une nuée de cosmonautes descendus de la station Mir pour sécuriser le trottoir nocif et dangereux. Cela fait bientôt vingt ans que des milliers de Français vivent un danger mortel en foulant au pied un trottoir enrobé d’amiante, ou en roulant sur une chaussée qui renferme les terribles particules. Nous ne voulons provoquer aucune panique collective, mais voilà des centaines de milliers de personnes qui risquent leur vie en marchant sur les trottoirs. Nous ne leur conseillerons pas pour autant de marcher sur la chaussée, elles risqueraient de se faire renverser. Jusqu’à la prochaine norme, qui interdira aux voitures de renverser des piétons.

Dormez tranquille, cette norme maternelle va veiller d’une main protectrice sur la sécurité des riverains. Aux communes d’accroître les impôts pour subvenir à cette nouvelle dépense.

Chronique parue dans L’Opinion.