Jean-Baptiste Noé

Le site web d’un historien

jean Baptiste Noé sur Facebook Jean Baptiste Noé sur Twitter Jean Baptiste Noé sur Google+ Chaine Youtube de Jean-Baptiste Noe

Rio de Janeiro : l’enjeu des favelas

Accueil > Articles > Rio de Janeiro : l’enjeu des favelas

Les JMJ se tiennent à Rio, ville connue pour ses célèbres favelas. Le géographe Hervé Théry analyse ici ce que sont ces bidonvilles, et quel est l’enjeux de leur reconquête. Article paru le 24 mars 2013 sur le site Diploweb.

*****

Brésil. Rio de Janeiro accueille la Coupe du Monde de football en 2014 et les Jeux Olympiques de 2016. Il s’agit d’offrir aux visiteurs du monde entier la meilleure figure. Dans ce contexte, Hervé Théry explique comment s’organise la "reconquête" des favelas de Rio de Janeiro. (1 carte, 1 modèle graphique)

EN novembre 2010 et novembre 2011 les forces de sécurité brésiliennes ont donné l’assaut à deux groupes de favelas du nord puis du sud de la ville, avec des moyens lourds (blindés, hélicoptères, bataillons de de choc). Cet épisode explosif jette une ombre sinistre sur l’image de la Cidade maravilhosa, la « ville merveilleuse » qui a obtenu d’être le siège principal de la Coupe du Monde de football de 2014 et des Jeux Olympiques de 2016. Jusqu’au cœur de la ville, bien visibles, les favelas – le nom local des bidonvilles, devenu générique dans tout le pays – rappellent que le Brésil est un des pays les plus inégalitaires au monde, et que la pauvreté, l’insalubrité et la violence y côtoient encore les avancées économiques d’un des principaux « pays émergents ».

Pour tenter de comprendre les tenants et aboutissants de cet épisode violent, il faut les resituer dans le contexte du partage de la ville entre les bidonvilles du morro et la ville de l’asfalto, perchés sur les mornes tropicaux ou étendue dans les plaines alluviales, un partage où les premiers voient leur population augmenter plus rapidement que la seconde. On pourra ensuite se demander s’il ne s’agissait pas d’une occupation en trompe-l’œil et dans quelles configurations territoriales elle se situe.

Un véritable assaut, avec l’appui d’hélicoptères et de blindés

Rio de Janeiro a connu, dans les derniers jours de novembre 2010, de véritables scènes de guerre entre les forces de sécurité brésiliennes et des centaines de trafiquants de drogue retranchés dans le complexe de favelas de la Vila Cruzeiro et du Complexo do Alemão. Les premières ont lancé un véritable assaut, avec l’appui d’hélicoptères et de blindés, et au moins quarante personnes ont été tuées dans ces affrontements. La presse suivant de très près les troupes de choc, des images spectaculaires ont été aussitôt publiées, comme – par exemple, celles que l’on peut voir sur le site du Boston Globe, The Big Picture [1]. Le journal O Dia [2] raconte « La police brésilienne a hissé le 28 novembre, en signe de victoire, le drapeau national au sommet d’un bastion de narcotrafiquants situé dans le nord de Rio » et conclut : « Il s’agit d’une journée historique pour les honnêtes citoyens de Rio ». En novembre 2011 une autre opération de grande ampleur a été lancée pour reconquérir la favela de Rocinha, la plus peuplée de Rio (68 530 habitants selon le recensement de 2010) une augmentation de 23 % en dix ans.

Suite et source.