Jean-Baptiste Noé

Le site web d’un historien

jean Baptiste Noé sur Facebook Jean Baptiste Noé sur Twitter Jean Baptiste Noé sur Google+ Chaine Youtube de Jean-Baptiste Noe

Pourquoi François Fillon peut gagner la présidentielle

Accueil > Articles > Pourquoi François Fillon peut gagner la présidentielle

À moins d’un mois du premier tour (23 avril), François Fillon est toujours en mesure de gagner la présidentielle.

1/ D’abord, que valent ces sondages, eux qui à un mois du premier tour de la primaire donnaient François Fillon quatrième ? Que valent-ils dans une campagne folle, où tout est bousculé et où l’irrationalité est de mise ? Ce qui compte, ce sont les tendances, les meetings, les présences. Dans les meetings de François Fillon, en Ile-de-France et en province, les salles sont pleines et la ferveur est forte. Dans ceux d’Emmanuel Macron, il y a peu de monde.

2/ Il a toujours été dit que l’élection serait serrée. Certains dignitaires de la droite pensaient gagner cette présidentielle haut la main. Ils pensaient même ne pas avoir à faire campagne : la victoire viendrait toute seule. On n’a jamais vu une élection gagnée d’avance. Dès le mois de janvier, donc avant le début du coup d’État, François Fillon disait que le score serait serré et que l’élection se jouerait dans les trois dernières semaines. Nous y sommes.

3/ Emmanuel Macron se socialise. Les masques tombent pour l’ancien bras droit de François Hollande. Celui-ci dit que le programme de Macron est un copier-coller du sien en 2012 (Macron en fut l’un des concepteurs), plusieurs proches de Hollande le rallient (dont Le Drian et Poignant), et l’on annonce aujourd’hui que des négociations sont en cours avec le PS en vue de la préparation des législatives. D’ailleurs, En Marche a suspendu l’annonce de ses investitures.

On voit très bien le mouvement de Hollande : on isole les frondeurs autour de la candidature Hamon, on fait gagner Macron son poulain et on reforme le PS autour des sociaux-démocrates, après en avoir évincé Manuel Vals le chef proclamé. C’est du grand art. François Hollande est beaucoup plus intelligent que les gens le pensent ; il demeure un redoutable tacticien.

Seuls des socialistes ont parrainé Emmanuel Macron et son programme est de plus en plus en phase avec celui du PS. Ceux qui voient en lui un réformateur vont bientôt se sentir floués.

4/ Évolution du corps électoral. Macron peut perdre environ 3% de soutiens plutôt à droite qui vont être rebutés par sa socialisation. On peut penser que 3% d’électeurs potentiels de Marine Le Pen vont finir par réfléchir et par comprendre qu’en cas de deuxième tour Le Pen / Macron ce dernier est certain de l’emporter. Voter Le Pen, c’est voter Hollande. Seul François Fillon est en mesure de l’emporter face à Emmanuel Macron.

C’est ce corps électoral mouvant qui va se fixer autour de Fillon dans les trois prochaines semaines. 3% en moins pour Macron et en plus pour Fillon, c’est un différentiel de 6. Une élection est un jeu à sommes nulles. François Fillon va profiter de cette agrégation.

5/ François Fillon est le seul à avoir un programme de redressement. C’est pour cela qu’il a été très largement élu lors des primaires et c’est pour cela qu’il peut (qu’il va ?) remporter cette élection. Que ce soit sur le plan économique, éducatif, international, lui seul à l’expérience pour occuper le poste, pour négocier avec les grands de ce monde et pour porter un projet pour la France. Lui seul est aussi en mesure d’avoir une majorité stable et affermie. Si Macron est élu, il n’est pas sûr d’avoir une majorité. Il risque d’avoir une Assemblée nationale hostile, ce qui aboutirait à une crise de régime sans précédent et, soit à une dissolution, soit à sa démission. Dans tous les cas, l’instabilité sera grande.

C’est parce qu’il est le seul à apporter de la stabilité que François Fillon peut gagner cette élection.

6/ Une incertitude : quelles conséquences pour la déstabilisation ? C’est là un élément qu’il est impossible de quantifier. Beaucoup de Français croient François Fillon coupable, alors que le droit dit le contraire. Désormais que l’existence d’un cabinet noir est révélée, que l’on sait donc que cette affaire est conduite par l’Élysée, que l’on subodore que François Fillon a été mis sur écoute (Nixon a dû démissionné pour cela), comment vont réagir les électeurs ? Vont-ils se sentir floués, vont-ils comprendre que l’on tente de leur voler leur élection et leur démocratie ? Vont-ils se révolter face au matraquage journalistique ? Si oui, le retour de force de Fillon peut être très important.

Cette réaction populaire est la grande inconnue du premier tour ; et la clef de cette présidentielle.