Jean-Baptiste Noé

Le site web d’un historien

jean Baptiste Noé sur Facebook Jean Baptiste Noé sur Twitter Jean Baptiste Noé sur Google+ Chaine Youtube de Jean-Baptiste Noe

Organisation de la Curie vaticane

Accueil > Articles > Organisation de la Curie vaticane

Organisation de la Curie

À la suite de la constitution Pastor Bonus, la Curie est composée de dix dicastères, trois tribunaux, douze conseils pontificaux, deux comités pontificaux, six commissions pontificales, trois organes de service du Saint-Siège .

La Secrétairerie d’État est le premier et le plus important des dicastères . « La Secrétairerie d’État est le dicastère de la Curie romaine qui est le plus proche du Souverain Pontife pour l’aider dans l’exercice de sa mission suprême . » Elle est divisée en deux sections, la section pour les Affaires générales et la section pour les Relations avec les États. C’est cette section qui gère la diplomatie pontificale et les ambassades du Saint-Siège.

Viennent ensuite neuf congrégations romaines : les congrégations pour la Doctrine de la foi, pour les Églises orientales, pour le culte divin et la discipline des sacrements, pour la cause des saints, pour les évêques, pour l’évangélisation des peuples , pour le clergé, pour les Instituts de vie consacrée et les Sociétés de vie apostolique, pour l’éducation catholique.
Puis trois tribunaux : la Pénitencerie apostolique, le Tribunal suprême de la Signature apostolique et le tribunal de la Rote romaine.
Douze conseils pontificaux : pour les laïcs, pour la promotion de l’unité des chrétiens, pour la famille, Justice et Paix, Cor unum, pour la pastorale des migrants et des personnes en déplacement, pour la pastorale des services de la santé, pour les textes législatifs, pour le dialogue inter-religieux, pour la Culture, pour les communications sociales, pour la promotion de la nouvelle évangélisation.
L’organisation du synode des évêques.

Les services administratifs : la Chambre apostolique, l’Administration du Patrimoine du Siège apostolique, la Préfecture des Affaires économiques du Saint-Siège.
Sept commissions pontificales : Ecclesia Dei , Patrimoine Culturel de l’Église, Commission Pontificale pour l’Archéologie Sacrée, Commission pontificale biblique, Commission Théologique Internationale, Commission Interdicastèriale pour le Catéchisme de l’Église , Commission Pontificale pour l’Amérique latine.
La Garde suisse pontificale.
Les institutions liées au Saint-Siège : Archives Secrètes du Vatican, Bibliothèque Apostolique Vaticane, Typographie vaticane, L’Osservatore romano, la Librairie Editrice du Vatican, Radio Vatican, le Centre Télévisé du Vatican, les basiliques papales Saint-Pierre, Saint-Jean de Latran, Saint Paul-hors-les murs, Sainte Marie majeure, l’Aumônerie apostolique, l’Autorité d’information financière .
Le Bureau central du travail.
Les Académies pontificales .
Deux comités pontificaux : pour les congrès eucharistiques internationaux et pour les sciences historiques .

Le lecteur pourra peut-être demeurer un peu interloqué face à une telle profusion d’institutions et de commissions. En réalité, chacune comprend peu de monde : l’ensemble du gouvernement de l’Église ne comprend que quelques milliers de personnes. On constate aussi que ces organismes sont très divers et recoupent les fonctions essentielles des États. Avec des particularités propres au Vatican, notamment en ce qui concerne la liturgie ou l’évangélisation, les autres organismes se retrouvent dans n’importe quel État, que ce soit les tribunaux, les bibliothèques, les archives, la gestion des bâtiments, la librairie et l’information . Au regard de ce gouvernement de l’Église, le Vatican est un État normal qui, en dépit de sa taille, possède toutes les prérogatives régaliennes que l’on retrouve dans les autres États.