Jean-Baptiste Noé

Le site web d’un historien

jean Baptiste Noé sur Facebook Jean Baptiste Noé sur Twitter Jean Baptiste Noé sur Google+ Chaine Youtube de Jean-Baptiste Noe

Les mouvements fascistes

Accueil > Articles > Les mouvements fascistes

Les éditions Tallandier publient le grand ouvrage de l’historien allemand Ernst Nolte (né en 1923) sur les mouvements fascistes en Europe.
Nolte analyse les mouvements fascistes, dans ce livre paru en 1966, dont Tallandier propose une réédition. Il montre que le fascisme s’inscrit dans une double réaction : la peur du communisme et de sa victoire en Europe d’une part, la défaite de la démocratie libérale, qui n’a pas permis d’assurer la paix et la stabilité du continent d’autre part.

C’est en Italie d’abord, en Allemagne ensuite, que le fascisme s’installe, puis dans d’autres pays d’Europe, grâce à la victoire de l’Allemagne. L’occupation des pays pendant la guerre permettant de donner le pouvoir à des mouvements fascistes qui étaient sinon très minoritaires.

Le livre est divisé en deux parties. La première analyse l’Europe dans les années 1920-1930, et situe l’histoire des mouvements fascistes dans ce contexte. La deuxième étudie les mouvements fascistes à proprement parlé : Balkans, États baltes, Europe du Nord, Europe du Sud.

Ernst Nolte est un historien peu connu en France, alors même que c’est un des meilleurs spécialistes du nazisme. Il a été victime, dans les années 1980, de ce que l’on a appelé la querelle des historiens. Suite à deux articles publiés en Allemagne, il avait démontré que le nazisme s’inscrivait dans une histoire globale de l’Allemagne et de l’Europe. Cela lui a été très fortement reproché, au nom de la spécificité du nazisme et de la Shoah. Ce n’est nullement un historien négationniste, mais il a démontré, par ses travaux, que le nazisme ne pouvait pas s’isoler du reste des mouvements des idées, ce que beaucoup lui ont reproché.

Il a également démontré que le nazisme s’inscrivait dans la réaction intellectuelle et politique au bolchévisme, et que l’histoire de l’Europe entre 1917 et 1945 pouvait se lire comme une guerre civile entre ces deux systèmes, thèse présentée et défendue dans son livre La guerre civile européenne.

Les livres d’Ernst Nolte ne sont pas toujours très faciles à lire. Le style n’est pas très fluide, et l’auteur a tendance à perdre son lecteur dans une profusion de détail. L’écriture est souvent froide et rêche. Néanmoins, ses ouvrages sont d’une grande importance. Avec Emilio Gentile il est de ceux qu’il faut lire pour comprendre le fascisme.