Jean-Baptiste Noé

Le site web d’un historien

jean Baptiste Noé sur Facebook Jean Baptiste Noé sur Twitter Jean Baptiste Noé sur Google+ Chaine Youtube de Jean-Baptiste Noe

Les inondations touchent les agriculteurs

Accueil > Montesson > Les inondations touchent les agriculteurs

Particulièrement touchés par les pluies qui s’abattent depuis plusieurs jours, les exploitants agricoles ont reçu le soutien de Pierre Bédier, Président du Conseil départemental, qui espère que l’Etat va décréter au plus vite l’état de catastrophe naturelle.

Agricole
Photo d’illustration

Des parcelles de terres sous l’eau, des cultures dévastées, des pertes qui s’accumulent. Les intempéries qui frappent les Yvelines depuis quelques jours ont touché de plein fouet le monde agricole.

« Nous sommes en train de faire le tour des exploitants pour constater l’ampleur des dégâts mais la situation est très préoccupante », assure Christophe Hillairet, président de la chambre interdépartementale d’agriculture d’Ile-de-France et céréalier à Ablis.

« Je suis en plein marasme, confie de son côté Jean-Claude Guehennec, maraîcher au Mesnil-le-Roi et président de l’union des producteurs des fruits et légumes d’Ile-de-France. Mes terres n’absorbent déjà plus l’eau de pluie que la Seine, qui monte de 2 centimètres chaque heure, menace de sortir de son lit. On ne peut plus planter, on ne peut plus labourer ; bref, on ne peut plus rien faire. »

Parce qu’il a toujours été aux côtés du monde agricole, le Département réaffirme son soutien aux quelque 940 exploitants yvelinois et assure qu’il va mobiliser l’ensemble de ses dispositifs d’aides, tant ordinaires qu’exceptionnels, en guise de solidarité et de considération.

Pierre Bédier, Président du Conseil départemental, ajoute :

J’espère que l’État va prendre, au plus vite, ses responsabilités en décrétant l’état de catastrophe naturelle, indispensable à la pérennité des exploitations durement touchées.”

« Nous remercions le Département pour son soutien permanent et apprécions ces marques de soliarité. Nous ne pouvons pas en dire autant de tout le monde », regrette Christophe Hillairet.

Source.