Jean-Baptiste Noé

Le site web d’un historien

jean Baptiste Noé sur Facebook Jean Baptiste Noé sur Twitter Jean Baptiste Noé sur Google+ Chaine Youtube de Jean-Baptiste Noe

Léon le Grand et les Barbares

Accueil > Articles > Léon le Grand et les Barbares

Léon le Grand (pape de 440 à 461), est resté célèbre avant tout pour avoir arrêté Attila et ses barbares dans leur invasion de l’Europe.

Au Ve siècle l’Empire romain connaît sa décadence, il est attaqué par les Wisigoths, les Huns, les Francs. Léon vient très jeune à Rome, il est de chargé de mission auprès de saint Augustin puis conseiller auprès de Sébastien 1er et de Sixte III. Il n’a pas la culture d’un saint Ambtoise ou de saint Augustin, ce n’est pas un intellectuel, un grand théologien, c’est plutôt un moraliste. Il a créé le premier missel, le missel léonien.

En 452 Attila ravage le nord de l’Italie. L’Empereur est incapable de l’arrêter, les généraux romains aussi. L’Empereur et le Sénat demandent alors au Pape de mener une mission auprès d’Attila pour obtenir la paix. Léon accepte et va le voir. La mission est un succès, Attila signe la paix et se retire au-delà du Danube. La rencontre a eu lieu à Mantoue, on dit que saint Pierre s’est montré à Attila pour lui demander la paix. La rencontre est racontée dans la légende dorée de Jacques de Voragine et dans de nombreuses fresques au Vatican.

En 455 les Vandales attaquent Rome. Léon obtient qu’on ne touche pas aux habitants, la ville est pillée mais il n’y a pas de massacres. Les pillage cesse le 29 juin, jour de la fête de saint Pierre, le Pape fait alors de nombreuses actions de grâces pour remercier l’apôtre.

Léon doit lutter contre l’effritement des églises locales et régionales, il doit intervenir pour maintenir l’unité parce que beaucoup d’évêques ne reconnaissent pas Rome et ont tendance à agir seuls. Il maintent l’unité christologique de l’Eglise, notamment avec les Orientaux, lors du concile de Chalcédoine. C’est lors de ce concile qu’est prononcée la formule restée célèbre par un admirateur : « Pierre a parlé par la bouche de Léon ». Benoît XIV le fait docteur de l’Eglise en 1754.