Jean-Baptiste Noé

Le site web d’un historien

jean Baptiste Noé sur Facebook Jean Baptiste Noé sur Twitter Jean Baptiste Noé sur Google+ Chaine Youtube de Jean-Baptiste Noe

Le temps des bagnes

Accueil > Articles > Le temps des bagnes

Entre 1748 et 1953, la France a connu une série de lieux d’internement, les bagnes, en métropole, en Algérie, en Nouvelle-Calédonie et en Guyane. Il s’agit de traiter les délinquants, à la fois les isoler de la population pour protéger celle-ci et tenter de leur assurer une possibilité de rédemption. Sous l’Ancien Régime, les bagnes sont situés dans les ports, Brest, Toulon, Rochefort, puis, avec l’aventure coloniale, il est possible d’en créer des plus lointains.

Dans ces bagnes ont été internés de nombreux inconnus, des hommes, des femmes et des enfants, mais aussi des prisonniers célèbres : Dreyfus, Seznec… Retracer leur histoire, c’est évoquer l’évolution des mentalités, des perceptions, de la justice, c’est montrer également la lente évolution de la société avec toujours cette question lancinante et non résolue : que faire des parias, des criminels, des voyous : les tuer, les interner, les rééduquer, les soigner ? Toutes les sociétés ont dû se confronter à cette question et les réponses apportées apprennent autant sur leur vision de la justice que sur celle des hommes.

Les bagnes ferment définitivement en 1953, mais la question de l’incarcération et des prisons n’est pas résolue pour autant. On parle de construire de nombreuses places, d’améliorer les conditions d’incarcération, de supprimer les djihadistes partis en Syrie pour combattre la France. Si nous avons d’autres réponses que sous l’Ancien Régime ou la Quatrième république, nous avons toujours les mêmes questions.