Jean-Baptiste Noé

Le site web d’un historien

jean Baptiste Noé sur Facebook Jean Baptiste Noé sur Twitter Jean Baptiste Noé sur Google+ Chaine Youtube de Jean-Baptiste Noe

Le fonctionnement des trains dans la Boucle

Accueil > Montesson > Le fonctionnement des trains dans la Boucle

Le jeudi 25 avril 2013 s’est tenu une réunion publique d’information sur l’offre des trains dans la Boucle de Seine. Etaient présents plusieurs responsables de la RATP, de la SNCF et des transports.

Nous publions ici le compte rendu de cette réunion publique.

*****

1/ exposé RATP par Monsieur Delcourt, responsable de la ligne A du RER

Quelques éléments importants pour comprendre le RER A
- le RER A représente 25% du trafic total de l’Ile de France
- 1.2 millions de voyageurs l’empruntent chaque jour.

Le 1er reproche fait au RER A est ses retards répétés or
- 85.6% des RER A arrivent et partent à l’heure

Il existe différents facteurs qui détraquent la ponctualité :

- paquets suspects : 98
- accidents graves de voyageurs : 23
- malaises de voyageurs : 286
- signaux d’alarmes : 955
- vol de câbles : 12 en 2012

La RATP mène au quotidien de multiples actions afin de remédier à ces troubles ponctuels notamment avec la mise en place et donc la présence d’agents de sécurité et d’encadrement dans chaque gare et sur les quais.

Le matériel :

Il existe différents types de matériel roulant. Afin d’augmenter le confort des passagers et surtout la viabilité de la desserte la RATP a décidé de changer ses trains en adoptant des matériels roulants d’une capacité supérieure (notamment le MI09 avec 2 niveaux et 2600 places dont 948 assises, remplaçant les MI84 avec1760 places et seulement 432 assises)

Maintenance :

La RATP a une politique de maintenance importance avec de très forts investissements pour le changement de véhicules, des caténaires etc.

La propreté des trains est également un problème dont la RATP a parfaitement conscience. Il existe des stations de lavage pour l’extérieur des trains et aussi pour l’intérieur mais ils sont tout à fait conscients que ce point est très fortement à améliorer.

2/ exposé SNCF par Jean-Stéphane Monnet

Jean Stéphane Monnet a complété l’exposé en expliquant la spécificité de la ligne du RER A notamment sur le tronçon Cergy et Poissy.
Contrairement au reste de la ligne qui est intégralement dédiée au fonctionnement du RER A, le tronçon de Cergy gère aussi la circulation des trains des lignes L c’est-à-dire les trains SNCF venant de Paris Saint Lazare.

Les dysfonctionnements survenus sur la ligne A ont automatiquement un impact sur la ligne L, ce qui multiplie d’autant le nombre de voyageurs bloqués ou retardés.

Saint Lazare est la 2ème gare d’Europe avec 600 000 voyageurs / jour.
En clair, le RER A est victime de son succès. Il est très emprunté par les parisiens en intra muros car il permet de traverser Paris plus vite qu’en Métro.

Le projet EOLE qui vise à prolonger le RER E à l’ouest, soulagera en partie le RER A. Eole passera par Saint Lazare, Porte Maillot, La Défense, Nanterre, Poissy puis Mantes la Jolie.
Un ou deux arrêts sont prévus dans la boucle de Montesson à Houilles et/ou Sartrouville. Ces arrêts ne seront connus que d’ici 3 ans au minimum quand toutes les études d’impact auront été faites.

Xavier Gruz nous certifie que le RER A ne sera pas le dégât collatéral d’EOLE. Malgré le fait qu’il n’y ait que 4 voies entre Houilles et Maisons-Laffitte il assure que le nombre de RER A ne diminuera pas lorsque EOLE sera en service à l’horizon 2020. Une affirmation qui laisse perplexe de nombreux Mansonniens présents dans la salle ainsi que Jacques Myard lui-même qui « demande à voir ».

Philippe Court, sous-préfet, prend la parole pour expliquer qu’EOLE aura au contraire un impact favorable sur notre environnement pour deux raisons :

- le bruit tout d’abord : grâce à la mise en place d’EOLE, des matériels moins bruyants seront mis en place et de très gros travaux d’amélioration de l’acoustique des voies seront faits. Les riverains dont il reconnait que les nuisances sont très gênantes seront donc gagnants.

- Il précise aussi qu’il ne peut y avoir une baisse du nombre de RER A après la mise en service d’EOLE tout simplement parce que l’Etat, dans son plan de construction de logements en Ile de France, a besoin de RER pour transporter les futurs habitants de notre région.

Un point sur la sureté qui reste un sujet très sensible :

32 accidents graves de voyageurs ont eu lieu en 2012 sur la région de Saint-Lazare et 4 rien qu’au dernier trimestre à Maisons-Laffitte. C’est beaucoup mais malheureusement personne n’y peut rien. En revanche tout est mis en œuvre pour que la reprise du trafic se fasse le plus rapidement possible en tenant compte des impératifs médico-légaux. En 10 ans, 1h a été gagnée sur la reprise du trafic mais la perturbation due à ce type d’accidents reste tout de même égale ou supérieure à 2h.

Lors des questions certains sujets ont été abordés :

- l’interconnexion à Nanterre qui vraisemblablement ne sera pas supprimée
- la suppression du guichet « grandes lignes » à la gare de Maisons-Laffitte qui est toujours en discussion
- la mise en place de caméras de surveillance supplémentaires afin d’augmenter la sécurité et combattre le sentiment d’insécurité
- le mécontentement des voyageurs qui ne se sentent pas vraiment pris en compte après une agression
- la sensation que pas grand-chose n’est fait pour attraper les auteurs d’agressions ou d’incivilités.
- Le manque d’actions contre la fraude

Jacques Myard prend ensuite la parole pour remercier les intervenants et précise que pour l’avenir la fusion entre la RATP et la SNCF lui parait inévitable afin de faciliter le fonctionnement des transports en Ile de France, ou qu’à tout le moins qu’une réelle structure de coordination les unisse !

La réunion est clôturée par Philippe Court, sous-préfet qui remercie l’ensemble des participants notamment ceux de la RATP et de la SNCF qui ont accepté le débat tout en sachant que des questions difficiles leur seraient posées.