Jean-Baptiste Noé

Le site web d’un historien

jean Baptiste Noé sur Facebook Jean Baptiste Noé sur Twitter Jean Baptiste Noé sur Google+ Chaine Youtube de Jean-Baptiste Noe

Le choc des civilisations

Accueil > Articles > Le choc des civilisations

Le livre de Samuel Huntington Le choc des civilisations (1996) est paru depuis vingt ans et il continue d’alimenter la réflexion. Généralement, le titre est cité pour être aussitôt démenti : « Il n’y a pas de choc de civilisation » s’exclame-t-on alors. Choc des civilisations, tonner contre, aurait pu dire Flaubert dans son Dictionnaire des idées reçues. Or la pensée de Samuel Huntington (1927-2008) est autrement plus complexe que ce titre slogan. Avant de réfuter l’ouvrage, comme le font certains, il convient d’abord de le lire et d’analyser la réflexion d’Huntington.

L’actualité des civilisations

Dès son introduction, Huntington rappelle que le paradigme de choc des civilisations est une notion actuelle, valable pour le monde post guerre froide, mais qui n’a pas de validité éternelle. Il s’agit bien de penser le monde qui a émergé de la chute de l’URSS, sans que ces réflexions aient une portée éternelle.

Huntington définit les civilisations comme des ensembles culturels qui disposent d’une culture, d’une histoire, d’une langue et d’une religion partagée. Appartenir à une civilisation, c’est se reconnaître d’elle et non pas d’une autre. C’est se reconnaître Chinois, Japonais ou Européens, être d’ici donc, plutôt que d’ailleurs.
Jusqu’en 1991, le monde était structuré par l’idéologie : le communisme d’un côté, le monde libre de l’autre. Ce paradigme ayant volé en éclats, ce sont les civilisations qui ont pris le dessus. On ne se bat plus pour défendre Marx, mais sa façon de vivre et sa terre. Les civilisations s’entrechoquent donc, et ce choc représente la principale menace pour la paix. Mais elles sont aussi le garde-fou de la paix mondiale. Vouloir effacer les civilisations au motif d’éviter le choc causerait donc un choc encore plus grand :

Lire la suite.