Jean-Baptiste Noé

Le site web d’un historien

jean Baptiste Noé sur Facebook Jean Baptiste Noé sur Twitter Jean Baptiste Noé sur Google+ Chaine Youtube de Jean-Baptiste Noe

Le Grand guide des plantes potagères

Accueil > Articles > Le Grand guide des plantes potagères

Entretien avec les auteurs du guide, Odile Koenig et Valérie Garnaud.

Pourquoi publier un guide des plantes potagères ? Pensez-vous qu’il y a un renouveau du jardinage et de la création de potager dans les jardins ?

La grande majorité des livres qui paraissent sur le potager traitent essentiellement des techniques culturales. Leur but est de conseiller et d’aider les jardiniers amateurs à tirer le meilleur profit de cette partie de leur jardin. Le Grand guide des plantes potagères, lui, fait la part belle aux plantes elles-mêmes : il présente leurs caractéristiques botaniques, leur histoire, leurs qualités gustatives et nutritionnelles. Cette approche originale fait de ce guide un livre destiné aussi bien aux jardiniers qu’aux gastronomes, une sorte de lien direct entre jardin et cuisine.
Et les origines de plantes cultivées pour certaines depuis des siècles dans nos potagers, leur « voyage » et leurs transformations avant d’arriver en Europe sont autant d’informations passionnantes pour un lecteur curieux d’en savoir plus sur les plantes potagères.

Il n’y a pas de renouveau du jardinage à proprement parler, mais assurément une volonté de mieux connaître les produits fournis par le jardin. Il ne s’agit plus de planter « bêtement » les légumes que cultivaient nos grands-parents, mais de comprendre pourquoi telles espèces ont le vent en poupe, pourquoi d’autres, autrefois communes dans les potagers, ont maintenant disparu. En revanche, là où l’on peut parler de renouveau, c’est le désir qu’ont actuellement de nombreux jardiniers et gastronomes de redécouvrir les légumes oubliés. Et le Grand guide des plantes potagères, lui, rappelle à notre souvenir un bon nombre de ces anciens légumes.

Vous évoquez beaucoup de plantes, mais il a bien sûr fallu faire des choix. Comment avez-vous procédé ?

Nous avons essayé de rassembler le maximum de plantes, celles qu’on trouve communément dans nos potagers occidentaux, mais aussi des espèces plus exotiques, des légumes plus rares ou des plantes plus « sauvages ». Nous avons également inclus les quelques espèces fruitières, telles que groseilliers et framboisiers, que l’on cultive habituellement dans le potager. Avec près de 130 espèces potagères présentées, l’ouvrage est vraiment très complet.

Parmi les plantes évoquées dans votre livre, quelles sont celles qui sont le plus utiles à avoir dans son jardin pour un usage en cuisine ?

Les plantes les plus utiles à avoir dans son jardin sont d’abord… celles que l’on aime ! Le but premier du potager est quand même de se faire plaisir ! Ensuite, tous les gastronomes vous diront que les herbes aromatiques sont indispensables – à cultiver à proximité de la maison pour toujours les avoir sous la main. Il peut être intéressant aussi de privilégier les légumes qui sont peu courants dans le commerce, ou chers. Mais il ne faut pas se faire d’illusions, c’est souvent l’emplacement du potager qui dicte sa loi ! Les conditions climatiques, l’exposition, la taille, la nature du sol, le temps que l’on peut y consacrer sont autant d’éléments à prendre en compte dans le choix des plantes à cultiver.

Quels conseils donneriez-vous à ceux qui veulent créer leur potager ?

Dans un premier temps, choisir avec soin son emplacement – par exemple, le soleil est indispensable à la très grande majorité des plantes potagères, et si certaines redoutent le soleil brûlant et préfèrent la mi-ombre, aucune ne réussira vraiment à l’ombre totale. Ensuite, connaître la nature du sol – argileux, sableux, lourd, léger, acide, alcalin… Pour celui qui débute vraiment, le plus simple est souvent de demander conseil à ses voisins ! Enfin, il ne faut pas oublier que la culture des légumes est un loisir qui demande du temps et de l’effort – non, les légumes ne poussent pas tout seuls ! Les plantes potagères ne sont pas toutes équivalentes de ce point de vue, et mieux vaut donc commencer par les moins exigeantes – bref, par les radis et les salades plutôt que par les asperges, et par les plants prêts à planter plutôt que par les semis à repiquer !