Le Figaro : Quel bilan de 2020 ?

Vous êtes ici : Accueil > Livres > Le Figaro : Quel bilan de 2020 ?

samedi 2 janvier 2021

Je réponds aux questions de Paul Sugy sur le bilan de l’année 2020. Géopolitique, économie, art, quels souvenirs et quelles perspectives apercevoir ?

FIGAROVOX. - Quel évènement dans le monde vous a le plus marqué cette année et pourquoi ?

Jean-Baptiste NOÉ. - Bien évidemment, l’épidémie de coronavirus a été le fait marquant de 2020. Mais pour évoquer un événement important dont on a pourtant peu parlé, je mentionnerai le relèvement du bitcoin, dont le cours a atteint son plus haut historique en approchant les 30 000 dollars. Après son krach de janvier 2018, beaucoup le donnait pour mort.

Cette cryptomonnaie a pourtant montré sa capacité de redressement et de survie. Or ce qui se joue autour du bitcoin et des cryptomonnaies pourrait conduire à des changements géopolitiques majeurs dans les années à venir. Jusqu’à présent, la monnaie a été un monopole étatique. Avec les cryptomonnaies, elles échappent aux États et aux banques centrales pour devenir des monnaies privatisées.

Or, qui contrôle la monnaie contrôle les échanges, le droit et donc la cité. Si les monnaies privées numériques venaient à l’emporter et à devenir des alternatives réelles et fiables aux monnaies étatiques, c’en serait fini des politiques publiques fondées sur la dette et la manipulation monétaire, fini aussi le privilège du dollar qui accorde aux États-Unis une prééminence juridique.

Dans ce nouveau monde numérique qui est en train d’émerger, l’Asie a une longueur d’avance, que ce soit dans la maitrise des techniques (le bitcoin est très populaire en Corée du Sud et au Japon), des superconducteurs et des innovations. Le réveil du bitcoin, c’est un pas de plus vers l’émergence de l’Asie.

Le bitcoin est aussi un symbole de la tension actuellement en jeu dans le monde entre les États et la société civile. Les administrations ont eu beaucoup de mal à répondre aux crises et à s’adapter, alors que la société civile a été beaucoup plus réactive et mobile. On l’a vu sur la question des masques comme sur la question des traitements. Les grandes surfaces ont été plus à même de fournir des masques que l’État français, et la société civile, les médecins, les ingénieurs ont su trouver des remèdes et développer des innovations qui ont permis en quelques semaines de répondre à l’émergence d’un nouveau virus puis de mettre au point des vaccins. Cette tension de plus en plus vive entre les administrations et les sociétés civiles est l’une des causes de la crise de la démocratie.

Lire la suite.

Thème(s) associés :

Par Thèmes