Jean-Baptiste Noé

Le site web d’un historien

jean Baptiste Noé sur Facebook Jean Baptiste Noé sur Twitter Jean Baptiste Noé sur Google+ Chaine Youtube de Jean-Baptiste Noe

La leçon de Carl Schmitt

Accueil > Articles > La leçon de Carl Schmitt

Le juriste allemand Carl Schmitt (1888-1985) a fortement influencé la pensée juridique et politique européenne. Heinrich Meier est un de ses meilleurs connaisseurs. Il a synthétisé la pensée de Schmitt dans un ouvrage que Le Cerf vient de traduire, La leçon de Carl Schmitt.

Au cœur de la pensée de Schmitt se trouve le concept essentiel de théologie politique. Si ce concept a été forgé par d’autres auteurs, c’est Schmitt qui l’a mis en valeur, et c’est Heinrich Meier qui a montré qu’il faisait partie de la centralité de son œuvre.

Le livre de Meier se divise en quatre chapitres, consacrés à la morale, à la politique, à la révélation et à l’histoire. Ces quatre chapitres présentent et analysent la pensée de Schmitt, dans une langue qui est plutôt réservée aux spécialistes ou aux connaisseurs de l’œuvre.

Meier rappelle notamment que le concept de politique présuppose le concept de l’ennemi. Le politique ne peut persister qu’à la condition qu’il y ait un ennemi, et il n’est de politique véritable que là où l’ennemi est identifié. Par ennemi, Schmitt entend hostis et non pas inimicus, c’est-à-dire l’ennemi public, et non pas l’ennemi au sens large. Cet ennemi public qui menace la cohésion de l’Etat, donc la liberté des citoyens et qu’il est par conséquent nécessaire de chasser. Cette distinction ennemi / ami, se fonde notamment sur celle que l’on trouve dans d’autres domaines. Dans la morale, il y a ainsi la distinction entre le bien et le mal, dans l’esthétique, entre le beau et le laid, dans l’économique, entre le rentable et le non rentable. Ce qui ne choque pas pour ces domaines, a en revanche heurté certaines sensibilités qui lui en ont voulu de cette distinction.

L’ouvrage d’Heinrich Meier permet donc d’approfondir la connaissance de Schmitt, et d’entrer dans les subtilités de sa pensée et de sa philosophie de l’histoire. Plus qu’à une initiation, c’est à un approfondissement de l’oeuvre de Carl Schmitt qu’il invite.