La fabrique de jeux dans les Yvelines

Vous êtes ici : Accueil > Montesson > La fabrique de jeux dans les Yvelines

mercredi 19 novembre 2014

A Saint-Anoult-en-Yvelines (Yvelines), l’entrepreneuse Véronique Debroise applique depuis 25 ans une recette efficace avec Sentosphère, la société de jeux qu’elle a fondée : le Made in France. Ici, 1,5 million de jeux sont produits par an, avec une particularité : presque toutes les pièces sont fabriquées en France. "J’ai cette éthique depuis toujours. J’ai voulu fabriquer en France", explique à France 3 la patronne, même si "les lois sociales en France sont assez décourageantes pour investir".
Les consommateurs apprécient.

Pour faire marcher son entreprise, Véronique Debroise a trouvé l’astuce : produire des jeux créatifs et disposer de salariés polyvalents. "On a beaucoup de changement de jeux dans la journée. On ne fait jamais la même chose", détaille Marie-Claine Ménard, une ouvrière. Et cela fonctionne : non seulement, les consommateurs adhérant au concept, mais en plus, le savoir-faire bleu-blanc-rouge s’exporte bien avec un tiers des ventes hors de frontières. Désormais, les acteurs et fans du Made in France voudraient voir ce genre mieux encadrer.

A Saint-Anoult-en-Yvelines (Yvelines), l’entrepreneuse Véronique Debroise applique depuis 25 ans une recette efficace avec Sentosphère, la société de jeux qu’elle a fondée : le Made in France. Ici, 1,5 million de jeux sont produits par an, avec une particularité : presque toutes les pièces sont fabriquées en France. "J’ai cette éthique depuis toujours. J’ai voulu fabriquer en France", explique à France 3 la patronne, même si "les lois sociales en France sont assez décourageantes pour investir".

Les consommateurs apprécient

Pour faire marcher son entreprise, Véronique Debroise a trouvé l’astuce : produire des jeux créatifs et disposer de salariés polyvalents. "On a beaucoup de changement de jeux dans la journée. On ne fait jamais la même chose", détaille Marie-Claine Ménard, une ouvrière. Et cela fonctionne : non seulement, les consommateurs adhérant au concept, mais en plus, le savoir-faire bleu-blanc-rouge s’exporte bien avec un tiers des ventes hors de frontières. Désormais, les acteurs et fans du Made in France voudraient voir ce genre mieux encadrer.

Vidéo et source.

Par Thèmes