Jean-Baptiste Noé

Le site web d’un historien

jean Baptiste Noé sur Facebook Jean Baptiste Noé sur Twitter Jean Baptiste Noé sur Google+ Chaine Youtube de Jean-Baptiste Noe

La cuisine japonaise

Accueil > Articles > La cuisine japonaise

Longtemps confinée dans les limites de l’archipel, la cuisine japonaise s’est lancée à la conquête de l’Ouest depuis une quinzaine d’année. Désormais, tous les quartiers branchés des métropoles occidentales disposent de leur restaurant où savourer les spécialités nippones. Essentiellement fondée sur le poisson et le riz, cette cuisine surprend les palais européens. Elle propose des poissons crus, notamment les fameux sushis et sashimis, ainsi que des beignets légèrement frits, comme le tonkatsu (porc pané) et le tempura (beignet de légume ou de poisson).
Au Japon, la cuisine est un art, les traditions culinaires ont d’ailleurs été classées au patrimoine immatériel de l’humanité, au même titre que le repas gastronomique français.

La présentation des plats et l’esthétique du service comptent tout autant que les saveurs. À table, les plats sont présentés avec un grand raffinement : les mets étant consommés avec des baguettes, ils doivent être découpés avant d’arriver à table. La sculpture des fruits et légumes fait aussi partie des traditions culinaires. Si les plats sont assez fades, comme le tofu, c’est qu’ils sont accompagnés de sauces et de condiments, dont la wasabi. Les Japonais ont défini une cinquième saveur, l’umami, qui provoque douceur et salivation et que l’on peut traduire par savoureux. L’umami se trouve notamment dans les nombreuses soupes et bouillons.
Que ce soit lors de la cérémonie du thé ou dans la consommation de saké, la nourriture est liée au religieux. Au sanctuaire Meiji de Tokyo, des futs de saké sont exposés dans l’allée centrale, comme offrande aux dieux.