Jean-Baptiste Noé

Le site web d’un historien

jean Baptiste Noé sur Facebook Jean Baptiste Noé sur Twitter Jean Baptiste Noé sur Google+ Chaine Youtube de Jean-Baptiste Noe

La chasse à la palombe

Accueil > Articles > La chasse à la palombe

La chasse est le dialogue amoureux de l’homme et de l’animal. Il y a une saison de la chasse, qui est la saison des amours. Il y a des attentes, des regards, des façons de se connaître. Le chasseur connaît l’animal qu’il traque et de cette connaissance nait le respect. Le chasseur connaît ses chiens, ses fusils et le milieu où il intervient. On ne chasse pas n’importe quel animal, ni dans n’importe quelle région. Chaque chasseur à ses amours : les grands gibiers, les canards, les bécasses, les palombes, et ne voudrait pour rien au monde passer à autre chose. La chasse est la rencontre attendue et espérée de l’homme avec la nature. La vraie nature, celle qui vit, qui sent, qui s’appréhende.

Dans le registre de la chasse, les éditions Féret republient l’ouvrage célèbre de Tristan Audebert, La chasse à la palombe dans le Bazadais. Ouvrage de 1907 publié dans un beau format. C’est un livre destiné à être dégusté et apprécié, avec le temps qu’il faut pour s’en imbiber. C’est aussi cela la chasse, comme la lecture, l’appréciation du temps. Dans les photographies de l’ouvrage, on aperçoit les paysans du Bazadais, en sabot et veste de gros coton.

Tout a changé, sauf l’amour de la traque et les palombières que l’on édifie, autant pour boire et manger le casse-croûte que pour tirer la palombe qui passe. Livre pratique, l’auteur décrit le milieu de la palombe, ses caractéristiques biologiques, les saisons de la chasse (aujourd’hui entre le 15 septembre et le 15 novembre). Dans un dernier chapitre, il narre quelques histoires de chasse, qui sont autant de morceaux de bravoure.

Longtemps, l’homme a chassé par nécessité, pour se nourrir, donc pour survivre. Aujourd’hui la chasse conserve un aspect pratique : réguler les espèces animales et protéger les forêts et les cultures. Mais elle a surtout un aspect récréatif et communautaire. La chasse crée une société. Elle est le seul sport à réunir toutes les couches sociales et tous les territoires, les urbains comme les ruraux. Elle est l’ossature culturelle et sociale de la France.

Dans cette chasse à la palombe, on découvre ainsi une grande tradition, qui remonte au XVIe siècle, et qui s‘est transmise à travers les générations, souvent par oral. Une tradition qui concerne aussi bien la paysannerie que les populations bourgeoises. Un vrai lien social donc. Et comme la période de chasse est courte, rien ne vaut l’entre-deux pour repenser au Bazadais et à la palombe, à travers ce livre simple et émouvant.