Jean-Baptiste Noé

Le site web d’un historien

jean Baptiste Noé sur Facebook Jean Baptiste Noé sur Twitter Jean Baptiste Noé sur Google+ Chaine Youtube de Jean-Baptiste Noe

La Révolution française

Accueil > Articles > La Révolution française

Tant de livres ont été écrits sur la Révolution française qu’il est difficile d’en conseiller un. Parmi les ouvrages récents, celui de Philippe Pichot-Bravard (2014) se distingue à la fois par son esprit de synthèse et sa clarté de plume. Beaucoup d’ouvrages sont trop vastes et étreignent trop, ou bien sont abscons, se perdent dans des considérations sociologiques inutiles et verbeuses. L’ouvrage de Philippe Pichot-Bravard permet de faire le point sur les récentes recherches, en proposant une bibliographie actualisée. Il est précis dans les faits mentionnés, les chiffres, les extraits cités. Il est donc tout à la fois une réflexion sur l’événement et un ouvrage de contenu. En juriste et en professeur de droit, l’auteur s’attache donc notamment aux conséquences juridiques de la Révolution, ce qui apporte là aussi une tonalité différente des ouvrages des simples historiens. Car la Révolution fut aussi cela : une manipulation du droit à des fins terroristes, une transformation du droit pour couvrir une action politique ouvertement opposée aux libertés publiques.

C’est donc un ouvrage à recommander aux étudiants qui ont à étudier cette période et qui se perdent un peu dans le flux des événements et les complexités des alliances et des revirements. L’ouvrage s’arrête aux portes de 1799 et à la prise du pouvoir par Bonaparte. C’est donc considérer l’extension minimale de la révolution (1789-1799), mais l’auteur explique bien que celle-ci continue toujours et ne cesse de se poursuivre, à l’instar de ce qu’en pensent les admirateurs de la Révolution, dont Vincent Peillon. La Révolution française n’est pas terminée, elle court toujours, parce que celle-ci a comme objectif de régénérer l’homme, de le reconstruire et de le rebâtir. La Révolution n’est pas achevée parce que l’homme a toujours des attaches avec son passé et ses racines, alors que son projet anthropologique et matérialiste vise à édifier un homme nouveau, fruit de la construction humaine. En ce sens, la Révolution ne s’arrête pas en 1799, mais est encore en marche.