Jean-Baptiste Noé

Le site web d’un historien

jean Baptiste Noé sur Facebook Jean Baptiste Noé sur Twitter Jean Baptiste Noé sur Google+ Chaine Youtube de Jean-Baptiste Noe

Fracture sexuée = garçons en danger

Accueil > Articles > Fracture sexuée = garçons en danger

Cette fracture révèle que ce sont les garçons qui sont essentiellement en échec scolaire : ils redoublent plus que les filles, ils arrêtent davantage leurs études, ils sont touchés par l’illettrisme et la non-maîtrise des savoirs fondamentaux.

L’échec masculin : une réalité qui s’aggrave

Sur les 150 000 jeunes décrocheurs, 75% sont des garçons. De même, les 30% d’illettrés recensés chaque année lors de la JDC sont composés au trois-quarts de jeunes hommes ; 47% des jeunes femmes sortent diplômées du supérieur, contre 34% des jeunes hommes. En 2014, 56% des étudiants sont des filles, une part qui ne cesse de progresser, dans toutes les formations.

Les écarts de lecture ne cessent de croître. D’après les études PISA, les filles possèdent 40 points d’avance sur les garçons en 2009, contre 29 en 2000. Les résultats des garçons en lecture passent de 490 points en 2000 à 475 en 2009, quand les filles se maintiennent à 515 points en 2009, contre 519 en 2000. On compte peu de garçons parmi les très performants, mais ils sont majoritaires, et de plus en plus nombreux, parmi les peu performants. En 2012, 32% des garçons n’atteignent pas le niveau de compréhension de l’écrit considéré comme minimal pour réussir un parcours personnel.

Au collège et au lycée, les garçons redoublent plus que les filles, ils sont plus violents et ils sont plus sanctionnés qu’elles. L’échec est complet ; et il s’aggrave.

Lire la suite sur Aleteia.