Jean-Baptiste Noé

Le site web d’un historien

jean Baptiste Noé sur Facebook Jean Baptiste Noé sur Twitter Jean Baptiste Noé sur Google+ Chaine Youtube de Jean-Baptiste Noe

Disparition de l’histoire économique en 3e

Accueil > Articles > Disparition de l’histoire économique en 3e

Le Bulletin Officiel du 14 novembre 2013 a publié les programmes d’histoire et de géographie en Troisième. Peu de changements sont à noter par rapport aux thèmes des précédents programmes.

En histoire, il s’agit d’étudier le XXe siècle, dans les relations mondiales et dans la vie politique française. Les chapitres d’histoire économique ont disparu : les élèves n’étudient plus les évolutions économiques et sociales. C’est dommageable, car c’est une part importante de l’histoire du siècle. Cela témoigne aussi du fait que les études d’histoire économique sont en déclin, ou du moins qu’elles ont moins de soutien parmi les autorités qui font les programmes.

En géographie, il s’agit de l’étude de la France, dans son organisation spatiale et dans ses rapports avec le reste du monde. L’Union Européenne entre aussi pleinement dans ce cadre.

Si les intitulés sont bons, l’impression générale qui s’en dégage est celle d’un appauvrissement des connaissances transmises. Ce n’est pas nouveau, mais cela me semble accentué à chaque modification de programme.

La Guerre froide n’est vue qu’à travers la crise de Berlin. On ne parle plus de Cuba ou de la guerre du Vietnam. Idem pour la décolonisation : les professeurs doivent choisir un exemple entre celle de l’Inde, de l’Afrique ou de l’Algérie ; la guerre d’Indochine a disparu. Cela était pourtant encore étudié il y a cinq ans. Avec un volume horaire resté identique, et des programmes de plus en plus allégés, les élèves doivent grandement s’ennuyer en cours. À moins que leur niveau soit si faible que ce programme allégé ne puisse remplir leurs têtes.

Je ne suis pas qualifié pour analyser les programmes des autres disciplines, mais si les restrictions sont aussi importantes qu’en histoire et en géographie, il y a une perte majeure de substance intellectuelle. Nous arrivons à un point où les élèves n’apprennent vraiment plus rien, à moins qu’ils aient des professeurs qui complètent les programmes et fassent des cours en plus.

PJ : le BO présentant les nouveaux programmes.