Jean-Baptiste Noé

Le site web d’un historien

jean Baptiste Noé sur Facebook Jean Baptiste Noé sur Twitter Jean Baptiste Noé sur Google+ Chaine Youtube de Jean-Baptiste Noe

Des étudiants enlevés au Mexique

Accueil > Articles > Des étudiants enlevés au Mexique

Au Mexique, on découvre depuis le mois de septembre que des dizaines d’étudiants ont été enlevés, tués et brûlés par les réseaux mafieux, avec l’aide des polices locales complètement corrompues.

La violence atteint un niveau très élevé, dans un pays où la drogue et les cartels font des ravages. Un article d’El Pais publié dans Courrier International fait le point sur ces crimes.

******

La nuit du 26 septembre 2014, Ernesto Guerrero, étudiant de 23 ans, s’est retrouvé avec le canon d’un fusil d’assaut AR-15 pointé sur lui.
"Casse-toi ou je te bute."

A ce moment-là, il ne savait pas que le policier venait de lui épargner une mort certaine. Le policier n’avait ni agi par hasard ni par pitié, mais bien parce qu’il ne pouvait pas se permettre d’embarquer un autre étudiant. Comme Ernesto l’a raconté des semaines plus tard, des dizaines d’étudiants de l’Ecole normale d’Ayotzinapa gisaient sur l’asphalte et les policiers chargeaient les corps dans des camionnettes. Les véhicules étaient pleins à craquer. La police était tellement débordée qu’elle avait même réclamé de l’aide aux agents de la localité voisine de Cocula, et quand Ernesto, armé de son courage, s’est approché pour s’inquiéter du sort de ses amis, il n’y avait plus de place pour lui. Les policiers l’ont alors menacé et lui ont ordonné de partir. "Et j’ai vu s’éloigner mes amis", se souvient-il. C’était la dernière fois qu’il les voyait.

Suivis à la trace par les narcos

Ce 26 septembre, Ernesto s’était rendu à Iguala, avec une centaine de futurs instituteurs dans deux autobus. Venus d’Ayotzinapa, les étudiants motivés et bruyants avaient l’intention, comme ils l’avaient déjà fait par le passé, de récolter des fonds : faire la quête dans les rues du centre, entrer dans les commerces et même bloquer la circulation. Leur arrivée n’est pas passée inaperçue. Les narcos, selon la reconstitution des faits par le procureur de la justice mexicain, les avaient suivis à la trace et alerté le commissariat. Les étudiants n’étaient pas les bienvenus.

En juin 2013, après l’assassinat du leader du mouvement paysan Arturo Hernández Cardona, également torturé, ces derniers avaient accusé le maire de Iguala, José Luis Abarca Velázquez, et s’en étaient pris à l’hôtel de ville. Les narcos et les policiers, qui vivent en parfaite symbiose à Iguala, ont cru que les étudiants allaient repasser à l’action, mais que cette fois ils allaient s’en prendre à un personnage encore plus puissant, la femme du maire, María de los Ángeles Pineda Villa.

Lire la suite ici.