Jean-Baptiste Noé

Le site web d’un historien

jean Baptiste Noé sur Facebook Jean Baptiste Noé sur Twitter Jean Baptiste Noé sur Google+ Chaine Youtube de Jean-Baptiste Noe

Chronique gastronomique

Accueil > Articles > Chronique gastronomique

Les missionnaires et la Californie.

Chronique diffusée sur Radio Espérance.

*****

Plante apparue dans le Caucase, la vigne s’est développée en Europe et même au-delà des océans puisqu’on la trouve aujourd’hui sur tous les continents : en Amérique, en Asie, en Afrique. Il existe deux grandes variétés de vignes : vitis vinifera, qui est est une plante propre à l’Europe et également une plante propre au continent américain, capable de produire des grappes de raisin mais dont les grappes produisent un vin de qualité très médiocre. Néanmoins aujourd’hui les États-Unis et d’autres pays d’Amérique Latine produisent un vin de grande qualité. L’histoire du vin sur le continent américain est une histoire récente. La vigne et le vin de qualité se sont développés grâce aux missionnaires espagnols présents sur le continent. Pendant de nombreuses décennies, le sud du territoire américain appartenait au Mexique. Le Texas devient indépendant en 1836, et rejoignit les Etats-Unis en 1845, la Californie en 1850. Le nom des villes de Californie, telles San Francisco, Los Angeles et San Diego, témoignent de la présence hispanisante dans cet Etat.

A l’époque où la Californie était mexicaine, des missionnaires espagnols y sont venus pour y fonder des monastères. Parmi eux Miguel José Sera, un franciscain, qui s’est rendu en 1769 dans la mission de San Diego de Alcala, dans la ville de San Diego, qui est actuellement à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis. C’est lui qui a planté le premier vignoble californien, et qui a produit un vin buvable, même s’il est de qualité médiocre. Ce vin peut être consommé à table ou pendant la messe. On retrouve en Californie le même phénomène qui s’est produit en Europe, à savoir que chaque monastère développe sa vigne. Le nom du cépage utilisé est le mission. C’est un cépage qui a la taille d’un platane, qui peut produire plusieurs tonnes de grappes par jour, mais dont la qualité laisse à désirer. Ces vignobles durent jusqu’à la disparition des monastères.

Lorsque l’Europe est marquée par le phylloxera, au début du XXe siècle, les vignerons ont utilisé des cépages américains pour sauver les vignes françaises. Ils utilisent des pieds américains comme porte greffe, sur lesquels ils greffent des cépages européens, qui ne sont donc pas franc de pied mais bénéficient du porte-greffe. En effet, l’insecte phylloxera n’attaque pas les pieds de vigne américains. Cette technique est encore en usage car on ne sait toujours pas éradiquer le phylloxera, et bien rare sont les vignes qui peuvent être plantées franc de pied. Le vignoble américain ayant été fondé grâce au vignoble européen, il y a un juste retour de l’histoire, et une contribution réciproque entre les deux continents du vin.

Aujourd’hui la Californie peut s’enorgueillir de posséder de très beaux crus, qui rivalisent avec les meilleurs vins français. La Nappa Valley, avec ses wineries modernes et futuristes, ses vignes alignées et ses vins de haute qualité, comme le fameux Opus One, figure parmi les grands vignobles mondiaux. L’époque de la piquette mission est loin derrière, mais l’héritage des moines franciscains est toujours présent.