Jean-Baptiste Noé

Le site web d’un historien

jean Baptiste Noé sur Facebook Jean Baptiste Noé sur Twitter Jean Baptiste Noé sur Google+ Chaine Youtube de Jean-Baptiste Noe

Ce que cache le numérique à l’école 1/2

Accueil > Articles > Ce que cache le numérique à l’école 1/2

Le numérique va tout changer !

À lire articles et commentaires ici et là, le rapport au numérique semble à la fois passionnel et irrationnel. Le numérique est présenté comme la seule solution qui pourra résorber tous les problèmes de l’école, réduire l’analphabétisme et réconcilier les élèves avec l’apprentissage. Une telle naïveté laisse pantois les professeurs. Sans méconnaître les avantages du numérique, tableaux interactifs, tablettes, ordinateurs, comment croire sérieusement que celui-ci va résoudre tous les problèmes ? N’étions-nous pas capables d’apprendre à lire et à écrire avant les années 1980 ? On ne niera certes pas les avantages que le numérique peut représenter : projection de cartes, écoute de fichiers audio, communication avec les parents via les plateformes de notes, une simplification s’opère, une facilité se produit. Mais de là à penser que le numérique va résoudre tous les problèmes, c’est là un saut auquel beaucoup de professeurs ne croient pas. Le décalage entre les communications politiques (communes, départements, régions) et institutionnelles (rectorats, académies, État), et les professeurs semblent diverger de plus en plus.

Plus les premiers louent le numérique comme la solution unique pour la révolution de l’école, plus les seconds se montrent perplexes et dubitatifs. Encore une fois, les acteurs principaux paraissent éloignés de la décision éducative. Les études universitaires démontrent l’inutilité du numérique (Université Cergy Pontoise, 2012), les cadres des grandes entreprises informatiques inscrivent leurs enfants dans des écoles sans ordinateur (telle l’école Waldorf dans la Silicon Valley), et même le New York Times reconnaît que Steve Jobs interdisait l’usage des tablettes à ses enfants. Et pourtant, le rouleau compresseur numérique semble inexorable. Accepter la numérisation de l’école, c’est aller dans le sens de l’histoire. Pourquoi un tel décalage entre la pratique et la volonté politique et administrative ? C’est que l’enjeu numérique dépasse largement le cadre pédagogique pour se parer d’autres habits.

Un enjeu politique

L’enjeu est d’abord politique : le numérique permet de paraître. Ce n’est ni mauvaise volonté ni pensée mauvaise si les communes, départements et régions dépensent à tout va pour équiper leurs écoles, collèges et lycées d’outils numériques. Mais la capacité de dépense est une des dernières choses qui restent à l’homme politique pour justifier de son existence. Le numérique a l’avantage d’être visible, d’assurer une communication de premier ordre, de faire moderne, et de singer les autres collectivités qui font de même. Comme dans Obélix et compagnie, si les voisins ont acheté un menhir et en sont très contents, il est normal à son tour d’en acheter un, sans forcément se poser la question de son utilité. À ma connaissance, jamais aucune collectivité locale n’a commandité d’étude sur l’utilité du numérique avant de voter les crédits autorisant l’achat des outils incriminés. Cela aurait pourtant été la moindre des choses quand cette dépense n’est pas obligatoire, qu’elle se chiffre en plusieurs milliers d’euros, voire millions, et qu’elle doit être renouvelées au moins tous les trois ans pour se maintenir à jour de la technologie. Ici, c’est le suivisme qui est à l’œuvre, et l’on n’interroge pas les professeurs, premiers acteurs concernés.

A suivre