Jean-Baptiste Noé

Le site web d’un historien

jean Baptiste Noé sur Facebook Jean Baptiste Noé sur Twitter Jean Baptiste Noé sur Google+ Chaine Youtube de Jean-Baptiste Noe

Caulaincourt, diplomate de Napoléon

Accueil > Articles > Caulaincourt, diplomate de Napoléon

Les éditions Perrin poursuivent leur édition de biographies fameuses. Cette fois c’est Antoine d’Arjuzon qui nous propose une étude sur Caulaincourt, après Wellington et Édouard VII. Armand de Caulaincourt fait partie de ces hommes d’ancien régime qui ont trouvé la gloire grâce à la Révolution puis à Napoléon. Ses états de service auprès de l’Empereur sont nombreux : grand écuyer et diplomate il est ambassadeur à Saint-Pétersbourg, alors même que la Russie est un des ennemis les plus acharnés de la France impériale. C’est dire l’ampleur de sa tâche. Il fut aussi ministre des Relations extérieures et, en tant que tel, rival de Talleyrand, qui s’estimait seul digne de ce poste. On le trouve ainsi négociant avec les Alliés suite à la campagne de France perdue par Napoléon, puis de nouveau après la défaite de Waterloo. Avec le retour de la monarchie, Caulaincourt quitte la scène politique, il n’a que 42 ans. Il aurait pu servir le nouveau régime, il n’en fit rien, ce qui prouve sa fidélité à l’Empereur. Son intelligence et son patriotisme aurait pu faire grand bien à la France, mais il n’a pas suivi la voie des Fouché et des Talleyrand. Il meurt jeune, à 54 ans, en 1827.

L’intérêt de ces biographies est certes de présenter un homme, mais aussi une époque. À cet égard, on lira avec intérêt la deuxième partie de l’ouvrage, consacrée au diplomate. Loin de la guerre et des armes, on découvre le grand jeu des relations extérieures, les ambassades dans les différentes cours, et les intrigues et les négociations qui scellent le destin des États et des pays. C’est une autre manière d’aborder l’Empire, époque ô combien trouble et compliquée de l’histoire de France.