Jean-Baptiste Noé

Le site web d’un historien

jean Baptiste Noé sur Facebook Jean Baptiste Noé sur Twitter Jean Baptiste Noé sur Google+ Chaine Youtube de Jean-Baptiste Noe

1963, Braudel et les lycéens français

Accueil > Articles > 1963, Braudel et les lycéens français

En 1963 l’Éducation Nationale a commandé à Fernand Braudel, alors jeune et peu connu historien, la rédaction du manuel d’histoire destiné aux classes terminales des lycées. L’historien de la Méditerranée au temps de Philippe II s’est mis à l’œuvre, avec un plaisir non dissimulé, pour réaliser un manuel alors conforme aux programmes. Ce manuel, dont la qualité est indéniable, fut ensuite constamment réédité sous le titre de Grammaire des civilisations. Il s’agit en effet d’une étude des civilisations d’Afrique, d’Asie et d’Europe. On le trouve aujourd’hui en collection Champs chez Flammarion.

J’invite ceux qui ont ce livre dans leur bibliothèque à le feuilleter, et encore mieux, à le lire. Datant d’il y a cinquante ans un certain nombre de points sont à actualiser : on ne parle plus de l’URSS de nos jours, et les découvertes scientifiques ont permis d’améliorer la connaissance des civilisations anciennes. Toutefois, il reste un grand classique, offrant une vision large et panoramique de l’histoire du monde. En tant que tel, et comme son rédacteur est un de nos plus grands historiens, il conserve un intérêt réel.

Mais ce livre est d’abord un manuel, destiné à des lycéens de 17-18 ans. C’est là qu’un certain problème se pose aujourd’hui : bien rares sont les lycéens capable de lire ce livre en 2012. Dans l’édition Flammarion il pèse plus de 600 pages, écrit dans une police de taille 8. Bien évidemment il n’y a aucune photographie ni aucun document. La comparaison avec un manuel actuel d’histoire est effrayante. En cinquante ans la chute du niveau est réel, la baisse des exigences indéniables. Des lycéens d’aujourd’hui sont incapables de lire un manuel destiné à leurs grands-parents. Plus grave encore, je doute que des étudiants en histoire de niveau master puissent se frotter à ce texte dense quant à la typographie et à la réflexion. Quant aux étudiants qui obtiennent le capès, et même l’agrégation, en histoire peu d’entre eux lit des livres de ce genre. Si les futurs ou nouveaux professeurs sont incapables de comprendre ces livres, il n’y a rien d’étonnant à ce que les élèves ne puissent y entrer. La comparaison des manuels suffit à prendre la mesure de la déchéance intellectuelle de notre pays. Inutile de présenter des études ou des statistiques qui essayent bien souvent de gommer l’effroyable réalité.

Pourquoi cette baisse ? Il faut bien alors s’interroger sur les effets réels de la démocratisation de l’enseignement, et se demander si la France a gagné à ce mouvement. Ne nous leurrons pas : bien rare étaient les élèves de 17 ans qui pouvaient lire le texte de Braudel en 1963. Ceux qui étaient en terminale, et qui passaient ensuite le baccalauréat, étaient une élite, une aristocratie infime. Si en 2012 ce livre n’est plus accessible c’est entre autre parce que l’on a envoyé au lycée des élèves dont le niveau est bien trop faible pour pouvoir suivre. Il a donc bien fallu baisser le niveau pour assouvir la soif égalitaire de la démocratisation. Ce faisant, nous nous sommes rendus incapables de former une élite. Et en plus nous avons rendu impossible la formation correcte de cette masse plus nombreuse. Il n’est pas donné à tout le monde de rester 7 heures par jour assis à une table, à écouter un professeur donner un cours et à prendre des notes. Cela requiert des aptitudes, une appétence, des possibilités qui ne sont pas présentes chez tous les lycéens. Or, par la démocratisation acharnée du système éducatif, nous avons voulu faire rentrer dans le même moule, plier aux mêmes règles et aux mêmes contraintes, des personnes variées et différentes. C’est ainsi que nombreux sont les lycéens qui perdent leur temps, leurs années et leur jeunesse parce qu’on leur impose les bancs de l’école, alors qu’ils seraient plus à même de révéler leur talent et de s’épanouir si on leur proposait une formation professionnelle dès l’âge de 14 ou 15 ans.

Revoir la formation

Se former en entreprise est une réelle possibilité. C’est apprendre sur le tas, apprendre en faisant. Rien n’exclu qu’il y ait aussi des cours de mathématiques ou de français, et même de littérature ou d’histoire. Rien n’exclu que l’on cherche aussi à les élever vers des domaines plus intellectuels, mais de façon différente. La démocratisation et la massification du système éducatif ont non seulement empêché la formation d’une élite de France, ce qui est extrêmement grave, mais cela a aussi détruit des générations d’enfants à qui l’on a obligé de suivre une formation en décalage complet avec leur appétence. Dans ce jeu stupide, tout le monde fut perdant.

Un professeur latiniste me montrait le texte fameux de Paul-Émile à la bataille du lac Trasimène. Ce texte figurait dans le manuel de 4e de 1998. Aujourd’hui, c’est-à-dire quatorze ans plus tard, non seulement il n’est plus étudié en 4e, mais il n’est même pas présent dans le manuel des lycéens. Ici aussi la baisse des exigences est quantifiable et visible. Mais peu de parents s’en doute.

Accorder la liberté

Pour y remédier il serait nécessaire de faire un secondaire à trois niveaux. Restaurer l’apprentissage dès l’âge de 12-13 ans, si utile pour des enfants inaptes à l’école mais qui ont tant de talents à développer ailleurs. Solidifier les filières professionnelles et technologiques du lycée, afin que les élèves qui s’y destinent soient réellement formés, et que cela ne soit pas vu comme des filières poubelles. Réserver les filières générales à l’élite intellectuelle, et faire de ce lycée l’antichambre des études supérieures, ou le baccalauréat soit le premier grade universitaire. Bien évidemment, il serait aussi nécessaire de supprimer l’examen du bac et de permettre à chaque établissement d’avoir une grande souplesse dans le programme à suivre. On pourrait définir un programme commun à suivre, afin de faciliter une nécessaire harmonisation, qui durerait environ la moitié de l’année, et l’autre moitié pourrait être des figures libres, afin que les établissements et les professeurs puissent s’adapter au niveau et aux espérances de leurs élèves. Cela s’appelle la liberté éducative. Hélas, l’école en France a choisi le chemin de l’égalité, ce qui la conduit à toujours rejeter la liberté.

Supprimer les concours

L’entrée dans le supérieur pourrait alors se faire sur dossier, avec éventuellement une lettre de recommandation du lycée. La première année servirait à faire un deuxième écrémage, afin d’éliminer et de réorienter les étudiants qui ne sont pas à leur place, qui ne veulent pas suffisamment travailler, ou qui ne sont pas au niveau. On pourrait ainsi supprimer les concours, qui non seulement ne permettent pas de sélectionner les meilleurs candidats, mais qui en plus transforment l’année scolaire en parenthèse de bachotage, ce qui ne permet ni d’approfondir des matières ni de se former réellement. Supprimer les concours redonnerait tout leur sens aux examens, et serait beaucoup plus utile aux étudiants.

Pour ceux qui ont peur de la formation professionnelle je les invite à regarder ce reportage sur la cuisine de l’Élysée, réalisé pour le magazine Michelin. Le chef actuel des cuisines de l’Élysée explique comment il est entré dans cette maison sous la présidence de Pompidou comme simple commis, comment il a gravi un à un les différents échelons, pour être, désormais, le chef des cuisines. Qui niera que c’est là un bel exemple de réussite professionnelle ? Cela ne fut possible que parce qu’il n’y avait pas le collège unique. Dans notre système actuel cette personne aurait été obligée de suivre l’enseignement jusqu’en terminale, de faire un bac S, et finalement de perdre son temps et ses envies. Que de talents gâchés nous perdons depuis si longtemps !